Le blog éco

27 février 2017

Par
Catégorie Collectivités / Territoire Secteurs d'activité / Macro-économie
Filière

Le Pérail avance vers l’AOP

perimetre AOP perailL’association de défense et de promotion du fromage de brebis Pérail qui œuvre depuis plusieurs années pour l’obtention de l’AOP pour ce produit des hauteurs Sud du Massif Central franchit aujourd’hui une étape majeure du projet. Une aire géographique a été proposée pour la production du lait, la fabrication et l’affinage des fromages : soit 281 communes ou parties de communes à cheval sur 5 départements (Aveyron, Gard, Lozère, Hérault, Tarn) strictement incluses dans le rayon de l’AOP Roquefort. Une commission d’experts géographes et historiens s’est effectivement accordée à définir une zone de production du Pérail équivalente à celle du Roquefort à un département près (l’Aude) au vu du don de présure des producteurs de Pérails aux producteurs de Roquefort, effectué depuis des générations, à la fermeture des laiteries. Le président de l’association, Jean-François Dombre s’émeut des témoignages qui ont été faits en ce sens : « lorsqu’il s’est agi) de collecter des témoignages pour relater cette tradition de don de présure car aucune facture ne témoignait de cette pratique, 800 ont été récoltés en 15 jours » légitimant la symbiose des zones Roquefort et Pérail. Le périmètre de l’aire géographique validé par l’INAO est soumis à consultation publique entre le 8 mars et le 8 mai, période durant laquelle toute contre-indication peut être manifestée par un tiers. Cette zone située au carrefour d’influences climatiques (hiver doux de l’influence océanique, sécheresse de l’influence méditerranéenne) est caractérisée par une altitude entre 600 et 1000 m, une forte présence de la luzerne dans l’alimentation des brebis Lacaune et une certaine « rudesse du pays » selon les mots du président valorisant la ténacité des personnes qui « font » le Pérail. Elle représente 200 éleveurs, 140 salariés, de 4 à 5 millions de litres par an, soit 1000 tonnes de Pérails par an (à titre indicatif le Laguiole en représente 750 et le Bleu des Causses 400). L’obtention de l’AOP devrait permettre d’atteindre 1200 tonnes « par appel d’air » permettant notamment aux producteurs armés pour l’export de se lancer sur ce marché (Papillon, Lactalis…). Le Pérail sera au salon de l’agriculture sur le stand collectif CORAM (collectif des races de montagne). La prochaine étape sur le chemin de l’acquisition du signe officiel de qualité sera l’étude des conditions de production du lait et du fromage. « Le Pérail se bat pour être reconnu depuis 1995. Aujourd’hui, la définition de la zone devrait accélérer le processus » explique Jean-François Dombre. L’AOP Pérail dont le nom est déjà inscrit à l’INPI rejoindrait ainsi la famille des 4 AOP déjà existantes en Aveyron (Roquefort, Laguiole, Bleu des Causses et Rocamadour). Un plus qui soulignerait le savoir-faire des producteurs et qui témoignerait une nouvelle fois des productions de qualité de l’Aveyron au centre du territoire du Pérail.

1 commentaire pour “Le Pérail avance vers l’AOP

tartanpion dit :

bonjour

Trés bon article, clair et concis duquel transparait une certaine passion (probablement pour le produit evoqué, ou autre …).
Même si la multiplication des AOP ne garantit en rien une commercialisation plus simple.
Longue vie au pérail ! Et à la journaliste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


à propos

Le blog d’Aveyron Expansion est dédié à l’économie aveyronnaise. Il met en lumière les entreprises, les hommes et les femmes qui œuvrent pour le développement de l’Aveyron. Il éclaire les initiatives privées ou publiques qui créent de l’emploi et de la richesse sur le territoire. Mais il diffuse aussi des informations à destination des acteurs de l’économie (informations sectorielles, appels à projets, agenda…). C’est toute une équipe de terrain, au contact des professionnels, qui contribue à ce fil d’actualités.