Le blog éco

24 mai 2017

Par
Catégorie Les gens / Portraits
Filière

Jeune Montagne joue la carte « Frédéric Duvauchelle »

Le nouvel atout de la coopérative Jeune Montagne, Frédéric Duvauchelle, a une expérience internationale de poids et une expertise agroalimentaire sans précédent. Son credo : les produits avec des matières premières nobles et naturelles.

Frédéric DuvauchelleLe nouveau directeur de l’Union Fromagère Jeune Montagne qui succède à Bernard Robert a, dès son plus jeune âge, côtoyé les saveurs du monde. Né à Madagascar où il est resté 9 ans, il découvre une cuisine à la croisée de l’Inde et de l’Afrique. C’est ensuite au Congo Brazzaville qu’il poursuit son éducation aux goûts, « notamment avec les nombreuses recettes de ma mère » explique-t-il. « A côté de cela, j’ai toujours beaucoup regardé les étiquettes des produits, curieux de comprendre leur composition. Je faisais des recherches » raconte Frédéric Duvauchelle qui s’est naturellement orienté vers des études d’ « ingénieur agroalimentaire ». Le jeune homme s’est très vite passionné pour la nutrition, l’analyse sensorielle, la biochimie alimentaire. Il a commencé sa carrière au début des années 90 dans une société danoise d’ingrédients alimentaires, Danisco Ingredients, en tant que commercial grands comptes. Puis il a rejoint Sanofi Bio-industries dans le cadre du démarrage d’un nouveau projet sur les édulcorants. De chef de projet, il a évolué vers le produit, notamment les extraits d’algues, pour devenir chef de produit international lui permettant de renouer avec le Monde : « le Japon, l’Asie plus largement, l’Amérique du Nord… » précise Frédéric Duvauchelle. Au début des années 2000, le trentenaire est chassé pour créer une filiale française du groupe Puratos, leader mondial dans le secteur des ingrédients et solutions de boulangerie, pâtisserie et chocolat. « J’ai franchi une marche en 2003 lorsque j’ai pris, à Bruxelles, la responsabilité de la pâtisserie au niveau mondial, au moment de la restructuration du groupe » relate le dirigeant. « J’ai adoré monter des pôles d’expertise aux Etats-Unis, en Chine, au Brésil. On partait des produits finis pour proposer des composants, on développait des concepts de pâtisserie à présenter en GMS » se souvient Frédéric Duvauchelle qui a eu la volonté après 6 ans de revenir à l’opérationnel. Il prend alors la direction générale d’une chocolaterie en grande difficulté qu’il remet sur pied, à Chicago. Définir une stratégie marketing et la décliner en stratégie industrielle est la clef pour l’ingénieur agroalimentaire qui, fin 2012, prend la responsabilité de toutes les activités boulangerie, pâtisserie et chocolat aux Etats-Unis. L’envie de se rapprocher de ses enfants le pousse ensuite à rentrer en France. C’est à Laguiole que Frédéric Duvauchelle, à la recherche de sens et avec la volonté de s’investir pour un produit de terroir, élira domicile professionnel, chez Jeune Montagne. Un lieu qui ne lui est pas inconnu, son épouse est cantaloue. Il mentionne à ce sujet, en s’amusant, l’éternel débat qu’il a avec sa femme qui préfère les Salers alors qu’il est fan d’Aubrac. Pour Frédéric Duvauchelle, c’est la matière première qui fait le lien entre sa fonction précédente et celle d’aujourd’hui. Il compare la noblesse du cacao à partir duquel il faisait du chocolat avec le lait de l’Aubrac qui fait la tome, le Laguiole et l’aligot. Il a aussi été convaincu par les valeurs de la coopérative, son collectif, son enracinement au territoire. Celui qui a voyagé par monts et par vaux est séduit par le plateau de l’Aubrac qui reflète selon lui la beauté et l’authenticité que recherche le consommateur. A l’Union Fromagère Jeune Montagne, il souhaite s’inscrire dans la lignée de son prédécesseur, Bernard Robert mais avec un autre regard. « Face à la croissance de l’activité de l’Union Fromagère Jeune Montagne, je veux mettre en place des systèmes de gestion, des process pour s’organiser, se stabiliser, maintenir le travail avec nos clients et ouvrir de nouvelles perspectives, la RHF notamment » explique Frédéric Duvauchelle qui rappelle à ce titre que Jeune Montagne a été certifié IFS en 2016. Le nouveau directeur est fier de travailler pour « deux vraies fromageries qui ont une histoire » selon ses mots. « Comme le clamait Bernard Robert, nous avons le savoir-faire, il faut le faire savoir. J’en fais mon leitmotiv » exprime le dirigeant qui a également le sens de la formule. « Nous sommes fromager avec la tome et notre gamme de fromages, nous sommes fromager traiteur avec l’aligot, la truffade et fromager pâtissier avec la tarte à l’encalat tout juste lancée par la coopérative de Thérondels » déclare celui dont le dernier métier fait étrangement écho à cette nouvelle production. Frédéric Duvauchelle compte bien « remonter dans les repas pour couvrir tous les moments de consommation mais aussi en créer de nouveaux » laissant présager d’une spécialité fromagère en entrée et de suites à la recette d’aligot à la truffe noire issue d’une collaboration avec Michel et Sébastien Bras. Sa carrière internationale devrait aussi inévitablement bénéficier à l’export déjà pratiqué vers l’Allemagne et les pays du Nord de l’Europe. Frédéric Duvauchelle pense à l’Asie qu’il connaît bien. Un atout …augurant de nouvelles perspectives.
Rappelons que l’Union Fromagère Jeune Montagne emploie 130 salariés, réalise 25 millions de chiffre d’affaires et représente avec les coopératives de Jeune Montagne et de Thérondels une centaine d’adhérents, producteurs de lait sur l’Aubrac et le Carladez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


à propos

Le blog d’Aveyron Expansion est dédié à l’économie aveyronnaise. Il met en lumière les entreprises, les hommes et les femmes qui œuvrent pour le développement de l’Aveyron. Il éclaire les initiatives privées ou publiques qui créent de l’emploi et de la richesse sur le territoire. Mais il diffuse aussi des informations à destination des acteurs de l’économie (informations sectorielles, appels à projets, agenda…). C’est toute une équipe de terrain, au contact des professionnels, qui contribue à ce fil d’actualités.