Le blog éco

10 décembre 2014

Par
Catégorie Entreprises
Filière

Fromabon trace sa route

Forte de sa stratégie, l’entreprise de fabrication de fromages à La Cavalerie, Fromabon, dirigée par son fondateur Jésus El Bitar, trace sa route avec succès depuis 1993. Entre prise de risques et décisions mesurées au micron, le dirigeant trouve le juste équilibre assurant la réussite de l’entreprise.

FromabonA ses débuts, Fromabon s’est lancé dans la production de pérails de brebis sans même avoir de clients. « Nous avons commencé à vendre sur les marchés pendant 6 mois » évoque Jésus El Bitar qui a fait ses armes chez ses beaux-parents. Il n’aura fallu que 17 mois à l’entreprise pour obtenir un bilan positif après avoir démarché détaillants, grandes surfaces… A l’époque, elle comptait un salarié à mi-temps aux côtés des époux El Bitar. Aujourd’hui, elle emploie 9 personnes. Fromabon a développé la production de pérails et s’est mis en 1996 à la fabrication de tomes de brebis après s’être formé en Ariège avec un ancien de chez Lactalis. La tomette de brebis du Haut plateau a trouvé son marché en Savoie. Le chef d’entreprise d’origine libanaise se souvient de son contact avec l’un de ses clients de la première heure, une fromagerie annécienne dont les propriétaires avaient effectué leur voyage de noce au Liban. Actuellement Fromabon agréée Fabriqué en Aveyron produit 15 tonnes de tomes par an pour ce grossiste qui couvre une grande partie de la Savoie. La Savoie représente 30% de son marché, Languedoc-Roussillon 60% et Midi-Pyrénées 7%. Le développement de l’activité a très vite suscité la question de l’agrandissement et de la modernisation des bâtiments mais l’étude du projet n’a débuté qu’en 2006 « pour des raisons d’hésitation personnelle » selon les termes de Jésus El Bitar qui prévoyait un éventuel retour au Liban finalement vain. « Ce n’était plus le Liban que j’ai connu » justifie le dirigeant. Le projet a été ficelé, mesurant chaque détail à la loupe, jusqu’en 2009, date à laquelle ont commencé les travaux, justifiés par une prévision de doublement de l’activité. Jésus El Bitar ne s’était pas trompé : l’activité a bel et bien doublé en septembre 2011 avec un chiffre d’affaires de 1,2 million d’€. La fromagerie s’est encore étendue de 150 m² qui seront opérationnels le 17 décembre prochain. En mars 2015, il devrait atteindre 2 millions d’€ notamment grâce au référencement chez de nouveaux clients GMS. Le lait de chèvre a fait son entrée dans l’entreprise en 2011. Si bien que Fromabon compte aujourd’hui 28 références réparties en 4 familles de fromages de brebis et 4 de chèvres : pâte fraîche comme le pérail de templier frais, pâte molle à croûte fleurie tel le Lotropel, la Fleur du Larzac…, pâte ferme et pâte dure comme le far’aqui brebis ou chèvre ou mieja-mieja (mélange)…, pâte persillée comme le boule bleu brebis ou chèvre, pâte ferme et dure à croûte lavée tel le dentella brebis ou chèvre. Ce sont autant de fromages issus d’un binôme savoir-faire/créativité qui devrait encore donner naissance à de nouveaux produits. Depuis 2013, l’entreprise expérimente notamment des fromages au lait de vache. Fromabon dispose également d’une marge de manœuvre importante en termes de développement avec la pénétration de marchés que l’entreprise n’est pas encore allée chercher. Le fabricant de fromages prévoit de mettre ses produits sous vide et de vendre en libre service. Tout est affaire de stratégie pour Jésus El Bitar. Il n’y a pas de doute le succès de Fromabon découle des choix du fondateur enclin à appréhender l’entreprise dans un environnement global, de l’amont à l’aval, lui conférant une capacité à anticiper à toutes épreuves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


à propos

Le blog d’Aveyron Expansion est dédié à l’économie aveyronnaise. Il met en lumière les entreprises, les hommes et les femmes qui œuvrent pour le développement de l’Aveyron. Il éclaire les initiatives privées ou publiques qui créent de l’emploi et de la richesse sur le territoire. Mais il diffuse aussi des informations à destination des acteurs de l’économie (informations sectorielles, appels à projets, agenda…). C’est toute une équipe de terrain, au contact des professionnels, qui contribue à ce fil d’actualités.